Ban Ki-moon rappelle au CS de son “obligation morale” de prévenir la violence en Syrie

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a rappelé, mercredi, au Conseil de sécurité son "obligation morale" de prévenir la violence en Syrie, en regrettant l’incapacité de cet organe à voter une résolution pour "empêcher l’effusion de sang" dans ce pays.

"Le Secrétaire général espère que le Conseil de sécurité surmontera ses divergences et trouvera ensemble une façon de répondre à la situation (en Syrie)", a indiqué son porte-parole, Martin Nesirky, lors d’un point de presse au siège de l’ONU.

"La violence en Syrie est inacceptable et ne doit pas continuer comme ça", a-t-il dit, en reprenant les propos du Secrétaire général au lendemain d’un double véto chinois et russe à une résolution européenne visant à imposer des sanctions à la Syrie.

Ban, a poursuivi le porte-parole, estime que l’ONU et ses organes ont "une obligation morale pour éviter de nouvelles effusions de sang et d’aider le peuple syrien dans cette crise dangereuse".

La résolution présentée par quatre pays de l’Union européenne (UE) au Conseil de sécurité (France, Royaume-Uni, Allemagne et Portugal) visait à condamner la répression du régime syrien.

Lors du vote mardi sur ce projet de résolution, le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud et le Liban se sont abstenus, alors que les Etats-Unis, la Bosnie, la Colombie et le Gabon ont voté en faveur de la résolution, précise-t-on.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite