“Autocollant anti-Islam” aux Pays-Bas: le gouvernement néerlandais se distancie d’un acte “inutile”

Le gouvernement néerlandais a annoncé vendredi qu’il se démarque du nouvel acte de provocation du leader du Parti pour la liberté (PVV-extrême-droite), Geerts Wilders, qui a mis en circulation aux Pays-Bas un “autocollant anti-Islam”, le qualifiant de procédé “inutile”.

Le geste de Wilders, connu depuis toujours pour son hostilité à l’Islam et aux immigrés notamment, est un acte "dégoûtant" qui n’a pas d’autre dessein que de "heurter les sentiments des gens", a affirmé le vice-premier ministre néerlandais, Lodewijk Asscher dans une déclaration à la télévision publique NOS.

Insulter une religion "n’est pas un moyen pour combattre l’extrémisme mais pourrait faire le jeu des extrémistes", a déclaré pour sa part le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Frans Timmermans, qualifiant l’action du leader populiste d’"inutile".

Les sorties controversées et à portée xénophobe du leader populiste ont à maintes reprises suscité des polémiques et l’indignation aux Pays-Bas et de par le monde. La dernière en date, le lancement d’un site destiné à recenser les "nuisances" causées par les populations des pays d’Europe centrale établies aux Pays-Bas.

Au cours des dernières législatives du 12 septembre 2012, le parti s’est livré à une critique acerbe à l’égard de l’Europe, nouveau bouc émissaire de Wilders, son discours contre les émigrés et l’Islam n’étant plus porteur. Le parti de Wilders a essuyé un échec cuisant dans ces élections après la perte de presque la moitié des sièges obtenu en 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite