Anne Mansouret : “DSK a tendu un piège à ma fille”

Anne Mansouret :
Anne Mansouret a souhaité samedi que le parquet retienne la préméditation dans le cadre de la plainte contre DSK déposée par sa fille pour tentative de viol en 2003 dans un appartement parisien.

"Je souhaiterais que le parquet prenne en compte la préméditation qui s’est produit lorsque il a donné rendez-vous à une journaliste dans l’exercice de ses fonctions pour une interview dans un appartement inoccupé. C’est un piège qu’il a tendu à ma fille. Je souhaiterais que ce caractère là soit retenu par le procureur de la République", a déclaré ce samedi Anne Mansouret dans un entretien avec Europe 1 dans le cadre de la plainte contre Dominique Strauss-Kahn déposée par sa fille Tristane Banon, pour tentative de viol en 2003 dans un appartement parisien.

Selon la vice-présidente PS du conseil général de l’Eure, Dominique Strauss-Kahn a concédé avoir fait des avances à la jeune romancière lors de son audition, niant toute agression, afin d’obtenir la prescription des faits. "C’est pour que le parquet soit tenté de prescrire en disant qu’il s’agit d’une agression sexuelle et non pas d’une tentative de viol" a-t-elle dit.

Anne Mansouret regardera la prestation de DSK dimanche soir dans le journal de TF1. "Je le connais depuis des années. C’est un communicant qui a dû préparer cette intervention avec une armée de conseillers, de trainnings divers et variés pour arriver à dire exactement la parole qu’il convient, avec le clin d’oeil qu’il faut etc.. de façon à enfumer l’opinion publique", a-t-elle affirmé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite