Angela Merkel réaffirme son opposition à l’idée d'”euro-obligations”

Angela Merkel a rejeté mardi les nouvelles déclarations de Bruxelles en faveur de la création d’euro-obligations dans la zone euro, estimant qu’elles ne régleraient pas la crise des dettes souveraines en Europe et que le moment était mal choisi pour en discuter.

La chancelière allemande a campé sur ses positions, résistant aux appels en faveur d’une solution instantanée à la crise quelques heures après les propos tenus par le commissaire européen en charge des Affaires monétaires Olli Rehn qui a tenté de vanter à une Allemagne sceptique l’idée d’"euro-obligations" -que l’exécutif européen qualifie désormais d’"obligations de stabilité".

La veille, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso les avait présentées comme un moyen efficace d’éviter la catastrophe à l’heure d’une hausse des coûts de financement des dettes de plusieurs Etats.

Angela Merkel a répliqué à Bruxelles, estimant qu’il n’était pas particulièrement adapté de relancer cette idée au "beau milieu de la crise, comme s’il s’agissait de la réponse à cette crise". "Sur le long terme, cela ne l’est pas", a-t-elle fait valoir lors d’un discours devant la principale organisation patronale allemande.

La chancelière allemande a également résisté aux pressions croissantes en faveur d’un vaste rachat d’obligations souveraines par la Banque centrale européenne présenté comme un moyen de relâcher la pression sur les taux.

Et a déclaré, au sujet des espoirs d’une solution immédiate à la crise: "Je le dis une nouvelle fois: il n’y en aura aucune".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite