Algérie: accusé d’être un pyromane, un jeune homme immolé par une foule déchaînée

La justice algérienne a ordonné jeudi l’ouverture d’une enquête sur les circonstances de la mort d’un homme, accusé d’être un pyromane par une foule qui l’a immolé, dans une région touchée par des incendies meurtriers.

Des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montrent “une foule en colère” battant “à mort” un homme après l’avoir accusé de pyromanie, a dénoncé l’ONG Amnesty International, qui a appelé les autorités à “traduire les responsables en justice”.

Dans un communiqué, le ministère public a affirmé que les auteurs d’un tel acte, s’il est avéré, “recevront une punition sévère, conformément aux lois de la République, afin que ce crime odieux ne reste pas impunis”.

Visionnées par l’AFP, les vidéos montrent un homme battu par un groupe de personnes puis un cadavre en feu tandis que des personnes le filment.

La Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH) a estimé pour sa part que “les scènes du lynchage et de l’immolation du présumé pyromane, alors qu’il s’agissait d’un jeune artiste venu prêter main forte aux sinistrés sont choquantes.”

“C’est un acte barbare. c’est atroce”, a déclaré la LADDH qui a appelé les autorités judiciaires à “agir immédiatement”.

Des habitants de Miliana (120 km à l’ouest d’Alger) ont fait part sur les réseaux sociaux de leur indignation face à cette “attaque brutale”, identifiant la victime comme Jamal Ben Ismaïl, 38 ans, originaire de leur ville.

Le lynchage se serait produit à Larbaa Nath Irathen, ville située dans la “wilaya” (préfécture) de Tizi Ouzou, l’une des régions les plus touchées par les incendies ayant fait 69 morts.

“Les autorités doivent envoyer le message clair que cette violence ne sera pas tolérée”, a estimé Amnesty sur Twitter.

Des incendies meurtriers ravagent depuis lundi la Kabylie, région du nord-est de l’Algérie, faisant au moins 69 morts, dont 28 militaires qui aidaient à éteindre les incendies. Certains de ces incendies sont toujours en cours.

Dans une déclaration aux médias locaux, le père de la victime, Noureddine ben Ismail, a demandé “aux autorités de faire toute la lumière sur cette affaire et appelé au calme”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite