Accepter la Grèce dans la zone euro en 2001 était “une erreur”, selon Nicolas Sarkozy

Le président français Nicolas Sarkozy a estimé jeudi soir que laisser entrer la Grèce dans la zone euro avait été "une erreur".

Evoquant l’entrée de la Grèce en 2001 dans la zone euro, Nicolas Sarkozy a jugé sur TF1 et France-2 que "ce fut une erreur".

"La Grèce est rentrée avec des chiffres qui sont faux", a affirmé le chef de l’Etat. "Son économie n’était pas prête à assumer son intégration dans la zone euro".

Quant aux agences de notation, le président français a estimé que "Le problème, ce ne sont pas les agences de notation. Le problème, c’est que nous dépensons trop".

"Ce qui a donné du pouvoir aux agences de notation, c’est la dette", a analysé Nicolas Sarkozy. "Le problème, ce ne sont pas les agences de notation", a-t-il martelé. "Le problème, ce sont les 49 milliards d’euros d’intérêts de la dette que nous devons rembourser".

"C’est parce qu’il y a cette crise de la dette sans précédent que nous nous trouvons dans la situation de devoir défendre le triple A (de la France, NDLR), d’être sous le jugement des agences de notation", a estimé Nicolas Sarkozy.

"Plutô que de s’énerver contre les agences de notation, réduisons notre déficit, remboursons notre dette, travaillons plus et travaillons mieux et il n’y aura plus d’agences de notation!"

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite