A l’aéroport de Bruxelles “panique générale, beaucoup ont perdu des jambes”

Les deux explosions survenues mardi matin dans le hall des départs de l’aéroport international de Bruxelles ont déclenché "une panique générale à tous les niveaux", "beaucoup de personnes ont perdu des jambes", selon un témoin qui a confirmé à l’AFP qu’un homme avait crié en arabe avant la première explosion

"Un monsieur a crié en arabe. Il a crié quelques mots et j’ai entendu une grosse déflagration", a témoigné auprès de l’AFP un employé de la sécurité des bagages de l’aéroport international de Bruxelles-Zaventem, Alphonse Lyoura, qui était à cinq mètres de l’explosion.

"J’ai aidé au moins six-sept blessés. On a sorti cinq corps qui ne bougeaient plus", a-t-il précisé.

"C’était la panique générale. Je me suis caché j’ai attendu cinq, six minutes, des personnes sont venues vers moi pour que j’aille les sauver", a ajouté M. Lyoura, qui avait encore du sang sur les mains.

Selon lui, il n’y a eu "même pas deux minutes entre les deux" déflagrations. Ce fut la "panique générale à tous les niveaux", a-t-il poursuivi, évoquant de nombreuses personnes blessées au niveau des jambes et des pieds.

"Beaucoup ont perdu des jambes… Vraiment c’est l’horreur, la Belgique ne mérite pas ça", a témoigné cet employé de l’aéroport, travaillant à la sécurité des bagages pour les vols en partance pour l’Afrique, en éclatant en sanglots. "Ca me fait pitié, il y avait un monsieur qui avait perdu ses deux jambes, un policier qui avait la jambe totalement broyée", a-t-il assuré.

Bruxelles a été secouée mardi matin par plusieurs attentats terroristes, avec de violentes explosions à l’aéroport international et dans le métro qui ont fait au moins 21 morts et des dizaines de blessés, selon les pompiers, et paralysé la capitale belge.

Il y a "11 morts" à l’aéroport de Zaventem et également "une dizaine" à la station de Maalbeek dans le quartier européen "où il y a eu une très grosse explosion dans le métro", a dit à l’AFP un porte-parole des pompiers, ajoutant que "la situation est assez chaotique".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite