4 ans de prison requis contre Karim Tabbou, figure populaire du “Hirak” algérien

Le procureur d’un tribunal d’Alger a requis mercredi une peine de 4 ans de prison ferme contre l’opposant Karim Tabbou, figure de proue du mouvement de contestation qui secoue l’Algérie depuis plus d’un an.

Chef de l’Union démocratique et sociale (UDS), petit parti d’opposition non enregistré, M. Tabbou, âgé de 46 ans, est accusé “d’incitation à la violence” et “d’atteinte au moral de l’armée”, et est en détention provisoire depuis fin septembre.

Il est devenu l’une des figures les plus populaires du “Hirak”, le mouvement de protestation antirégime, et son portrait est régulièrement brandi lors des manifestations hebdomadaires.

Son procès s’est ouvert le matin au tribunal de Sidi M’hamed, à Alger et se poursuivait dans la nuit de mercredi à jeudi en raison du grand nombre d’avocats de la défense inscrits.

Le procureur a requis une peine de 4 ans de prison ferme contre lui.

Le verdict devait être annoncé à l’issue des plaidoiries, selon certaines sources, mais il pourrait être mis en délibéré.

Quelque 180 avocats se sont constitués pour défendre Karim Tabbou, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), une association de solidarité.

Selon des témoins, la police est intervenue en fin de soirée pour disperser à coups de matraques un rassemblement de soutien organisé près du tribunal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite