Union bancaire : Berlin s’oppose à une garantie commune des dépôts

La Commission souhaite faire une proposition sur ce mécanisme qui compléterait l’union bancaire. C’est “mettre la charrue avant les bœufs”, a averti Schäuble.

L’Allemagne s’oppose à la mise en place d’un système en commun de garantie des dépôts en Europe, un mécanisme voulu par la Commission européenne pour compléter l’union bancaire, mais qui suppose un plus grand partage des risques. « On doit faire attention à ne pas mettre la charrue avant les bœufs », a averti samedi le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, à l’issue d’une réunion avec ses homologues de la zone euro à Luxembourg. Un mécanisme en commun de garantie des dépôts serait le troisième pilier de l’union bancaire, qui compte déjà des systèmes de supervision et de résolution des banques pour gérer au mieux de futures crises.

Pour le ministre allemand, la priorité est à la mise en œuvre complète de deux premiers piliers de l’union bancaire. « Si on ouvre maintenant le débat sur la mutualisation de la garantie des dépôts, c’est exactement dans le mauvais ordre », a-t-il affirmé devant des journalistes.

La Commission européenne va faire une proposition fin 2015 sur ce dossier, qui bute également sur les réticences de la Finlande. Conscient des difficultés, l’exécutif européen exclut d’emblée un mécanisme de « mutualisation intégrale » et penche pour un système de réassurance. « Nous avons besoin de protéger les déposants, j’espère que cette idée d’intérêt général, de bon sens, l’emportera », a plaidé samedi Pierre Moscovici, le commissaire aux Affaires économiques, évoquant le précédent de la crise chypriote où certains déposants ont été mis à contribution pour renflouer le pays lors de son sauvetage financier au printemps 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite