Tunisie: “les blessures doivent être soignées

Le président tunisien Moncef Marzouki a insisté samedi sur la nécessité de soigner "les blessures du passé" de l’histoire tunisienne, tout en insistant sur la nécessité de solder les comptes avant toute réconciliation.

"Nous avons foi en la justice transitionnelle et non en une justice vengeresse. Mais une justice qui oublie de solder les comptes n’est pas une justice", a déclaré Moncef Marzouki à l’ouverture d’une conférence nationale sur la justice transitionnelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite