Syrie: Tous les hôpitaux d’Alep-est sont hors service, s’alarme l’OMS

Tous les hôpitaux d’Alep-Est (nord de la Syrie), aux mains des groupes rebelles, sont hors service après plusieurs jours d’intenses bombardements par l’armée syrienne, a indiqué lundi l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Il n’y a actuellement aucun hôpital en service dans la partie assiégée de la ville", a déploré l’agence onusienne dans un communiqué, notant que plus de 250.000 hommes, femmes et enfants sont désormais privés d’accès à des soins hospitaliers".

Les agences de l’ONU ne sont plus en mesure d’entrer dans cette zone depuis juillet lorsque les troupes de Damas ont pris le contrôle de la dernière voie d’approvisionnement des quartiers rebelles, les privant de nourriture et de médicaments. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) a assuré en revanche que certains centres hospitaliers d’Alep-est continuent à prodiguer des soins, mais que les bombardements continus dissuadent les habitants de s’y rendre.

Dans ce contexte, l’ONU s’est déclarée "horrifiée" par l’escalade des violences et a réclamé de nouveau un accès immédiat aux quartiers rebelles d’Alep. Dimanche, l’envoyé spécial pour la Syrie, Staffan de Mistura, dont les efforts pour négocier un accès à Alep-est ont jusqu’ici échoué, a prévenu que "le temps était compté" pour éviter une catastrophe humanitaire.

Les forces syriennes ont maintes fois été accusées de recourir au gaz, notamment dans le cadre d’enquêtes de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAM). Elles ont repris leurs raids aériens il y a quelques jours à Alep au terme d’une "pause" de plusieurs semaines et des combats au sol ont eu lieu vendredi à la périphérie des quartiers est.

Le conflit en Syrie a fait plus de 300.000 morts et le régime de Damas a été à de nombreuses reprises accusé de "crimes de guerre".

Atlasinfo (avec MAP)

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite