Second plan de sauvetage pour la Grèce: 230 milliards d’euros pour éviter faillite du pays

Au terme d’une nuit de discussions à Bruxelles, les pays de la Zone euro se sont entendus mardi matin sur un nouveau plan de sauvetage sans précédent de la Grèce tournant autour de 230 milliards d’euros au total afin d’éviter une faillite du pays aux conséquences imprévisibles pour l’Europe toute entière. L’accord comprend d’une part un volet d’aide publique, des prêts pour l’essentiel, à hauteur de 130 milliards d’euros, après un premier programme de prêts en faveur du pays décidé en mai 2010 qui avait atteint déjà 110 milliards d’euros. Grâce à ce plan de soutien, Athènes devrait être en mesure de faire face à une échéance de remboursement de 14,5 milliards d’euros qui tombe le 20 mars. A terme, il s’agit de ramener le taux d’endettement du pays “à 120,5%” du PIB en 2020. Le ministre français des Finances François Baroin salue un accord “inespéré”.

Second plan de sauvetage pour la Grèce: 230 milliards d
De leur côté, les créanciers privés de la Grèce ont accepté une décote de 53,5% sur leurs titres obligataires dans le cadre d’un échange de titres qui devrait se dérouler début mars. Cela doit permettre de réduire la dette du pays d’un montant d’environ 100 milliards d’euros, un record dans l’histoire économique mondiale, qui dépasse de loin la restructuration de la dette de l’Argentine.

Les premiers versements à Athènes restent toutefois conditionnés au succès de cette opération avec le secteur privé ainsi qu’à la mise en œuvre par les autorités grecques de mesures concrètes contenus dans le nouveau programme.

La Grèce sera également surveillée de manière beaucoup plus étroite à l’avenir et des représentants de l’UE, de la Banque centrale européenne et du Fonds monétaire international seront basés à Athènes pour s’assurer de la bonne marche du plan.

Enfin, les Grecs ont accepté d’inscrire sous deux mois dans leur Constitution une provision permettant de s’assurer que le paiement de la dette recevra un traitement prioritaire. Ces paiements seront également assurés par le placement de fonds sur un compte destiné à assurer les prochaines échéances du pays.

Le Fonds monétaire international décidera du niveau de sa participation au nouveau plan de sauvetage de la Grèce au cours de la deuxième semaine de mars, lors de la prochaine réunion de son conseil d’administration, a indiqué mardi matin sa directrice générale, Christine Lagarde.

"C’est un très bon accord, parce qu’il permet de répartir équitablement le fardeau entre la partie européenne et la partie grecque, entre la partie publique et la partie privée", a déclaré le ministre français des Finances François Baroin, à l’issue d’une réunion marathon de treize heures avec ses homologues de l’eurogroupe.

Les tractations ont été rendues difficiles par le fait que de nombreux pays doutaient, en dépit des promesses répétées, de la capacité de la Grèce à réaliser les réformes nécessaires, d’autant que les élections législatives à venir sont susceptibles de rebattre les cartes.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite