Sarkozy: “Je mènerai à son terme la réforme des retraites”

Sarkozy:
"S’il n’y est pas mis un terme rapidement, ces désordres qui cherchent à créer la paralysie du pays pourraient avoir des conséquences en termes d’emploi en détériorant le déroulement normal de l’activité économique", a insisté le chef de l’Etat, selon le texte de sa déclaration transmis par l’Elysée.

"Je mènerai à son terme la réforme des retraites car mon devoir en tant que chef de l’Etat est de garantir aux Français qu’eux-mêmes et leurs enfants pourront compter sur leur retraite et que le niveau des pensions sera maintenu", a répété Nicolas Sarkozy en conseil des ministres.

"Cette réforme, j’ai voulu qu’elle soit la plus juste possible", a-t-il insisté. "Avec le gouvernement, j’ai donc été attentif à toutes les propositions, notamment celles des partenaires sociaux, qui permettaient de progresser dans cette voie sans mettre en péril l’équilibre de nos retraites".

"C’est une réforme difficile", a reconnu Nicolas Sarkozy et "il est normal que dans une démocratie chacun puisse exprimer son inquiétude ou son opposition". "Mais certaines limites ne doivent pas être franchies et mon devoir est de garantir le respect de l’ordre républicain au service de tous les Français", a-t-il affirmé.

"Ces derniers jours, beaucoup de Français ont vu leur vie quotidienne perturbée par des problèmes d’approvisionnement qui ont touché une partie des stations-service", a ainsi noté le président de la République, disant avoir donné mardi "des instructions pour débloquer la totalité des dépôts de carburants afin de rétablir au plus tôt une situation normale". "Le désordre qui a été provoqué par ces blocages produit de nombreuses injustices", a souligné M. Sarkozy, qui en appelé "à la responsabilité de chacun".

Sarkozy:
"A la sortie du conseil des ministres, le secrétaire d’Etat aux Transports Dominique Bussereau s’est exprimé sur les déblocages de dépôts de carburant. "Il y a déjà plus de deux cents camions qui ont quitté La Rochelle pleins de carburant", a-t-il indiqué, "d’autres déblocages sont en cours". "Pour qu’on revienne à une situation normale, il faut environ quatre à cinq jours. Au fur et à mesure que ces camions alimentent les stations-service, région par région, département par département, les choses vont s’améliorer au fil des heures", a assuré M. Bussereau.

Sarkozy:
Le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux a indiqué lors d’une conférence de presse matinale que la force serait utilisée "chaque fois qu’il le faudra". La police est intervenue au cours de la nuit pour mettre fin au blocage de trois dépôts au Mans (Sarthe), à Donges (Loire-Atlantique) et à La Rochelle (Charente-Maritime), a-t-il expliqué. Au total, 21 interventions de déblocage de dépôts par les forces de l’ordre ont eu lieu depuis vendredi dernier, selon le ministère de l’Intérieur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite