Ryad somme la milice chiite au Yémen de mettre fin à son “coup d’Etat”

L’Arabie saoudite a sommé lundi la milice chiite des Houthis, qui s’est emparée du pouvoir dans la capitale yéménite Sanaa, de mettre fin à son “coup d’Etat” pour rétablir les autorités “légitimes” représentées par le président Abd Rabbo Mansour Hadi.

Une sortie de crise passe par "le rejet du coup d’Etat" du 6 février et "le retrait des Houthis armés de tous les bâtiments publics et le rétablissement du gouvernement légitime", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Saoud Al-Fayçal dans une conférence de presse à Ryad avec son homologue britannique Philip Hammond.

Le chef de la milice chiite des Houthis, Abdel Malek al-Houthi, a implicitement rejeté l’offre de Ryad dans un discours dimanche soir.

"Le dialogue ne peut être placé sous le patronage d’une quelconque partie qui alimente les tensions au sein du peuple yéménite", a-t-il dit dans une allusion à l’Arabie saoudite sunnite, qui classe les Houthis comme organisation "terroriste".

Les belligérants au Yémen, où le conflit s’est durci, ont continué lundi à mobiliser leurs troupes en dépit d’un appel du Conseil de sécurité de l’ONU à reconnaître la "légitimité" de M. Hadi et à préserver "l’unité" du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite