Premier raid aérien américain contre l’Etat islamique en Irak

Les forces américaines ont mené une frappe aérienne contre une position jihadiste pour la première fois près de Bagdad, au moment où la communauté internationale s’est engagée lundi à Paris à soutenir l’Irak “par tous les moyens” contre l’Etat islamique (EI).

Cette frappe aérienne a eu lieu au sud-ouest de la capitale irakienne, selon le Centcom, le commandement de l’armée américaine chargé du Moyen-Orient et de l’Asie centrale, qui a précisé qu’elle avait vocation à soutenir l’armée irakienne "dans son offensive contre les terroristes de l’Etat islamique". De cette position jihadiste visée par le bombardement américain "partaient des tirs vers les soldats irakiens", a expliqué l’armée américaine.

Une autre frappe a eu lieu au nord de l’Irak, près de Sinjar, et a détruit six véhicules de l’EI, a encore indiqué le Centcom ajoutant que ces deux raids ont eu lieu "au cours des dernières 24 heures".

A l’issue d’une réunion de trois heures à Paris, 27 pays arabes et occidentaux et trois organisations internationales ont martelé que Daesh (acronyme arabe de l’EI) était "une menace non seulement pour l’Irak, mais aussi pour toute la communauté internationale". Ils se sont "engagés à soutenir le nouveau gouvernement irakien dans sa lutte contre Daesh par tous les moyens nécessaires, y compris une aide militaire appropriée", selon le communiqué final d’une conférence présidée par les chefs d’Etat français François Hollande et irakien Fouad Massoum.

Le prochain grand rendez-vous sur l’Irak sera le 19 septembre pour une réunion ministérielle du Conseil de sécurité de l’ONU.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite