Pour la Banque de France, la croissance sera “insuffisante” en 2016

La croissance devrait être en dessous de la moyenne européenne. Il faut des réformes et de la confiance, juge le gouverneur de la Banque de France.

Elle sera résistante, mais sous la moyenne européenne. Stable, mais encore insuffisante. "La croissance en France en 2016 devrait se montrer résistante, c’est-à-dire au moins au niveau de l’an dernier (qui était de 1,2 %) tout en restant insuffisante. Nous serons en dessous de la moyenne de la zone euro qui devrait être à 1,4-1,5 %", a déclaré le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau. "Ceci renvoie au besoin de confiance, au besoin de réformes pour retrouver, comme nos voisins européens, le chemin de la création durable", a-t-il ajouté.

Union fiscale

Pour obtenir davantage de croissance et d’emplois, il estime qu’il est "essentiel de mieux coordonner des politiques économiques européennes". Le gouverneur appelle ainsi à "revenir aux origines du projet" européen, celui d’une "union économique et monétaire", avant de franchir une étape supplémentaire vers une union fiscale. "L’harmonisation fiscale est souhaitable en Europe", a-t-il dit, mais "c’est un chantier à plus long terme parce que la fiscalité est aujourd’hui soumise à la règle de l’unanimité en Europe et ceci supposerait de passer à la majorité qualifiée". "Il faut continuer à progresser par étape", a-t-il conclu.

Vendredi, la Banque de France a relevé à 0,4 % sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) pour le premier trimestre en France. L’institution monétaire française, qui attend une croissance de 1,4 % pour l’ensemble de 2016, publiera de nouveaux chiffres en juin. Le gouvernement vise pour sa part une croissance de 1,5 % en 2016. La Commission européenne et le FMI tablent sur 1,3 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite