“Nous insistons sur une intervention étrangère en Syrie” (Frères musulmans)

Dans une interview au quotidien algérien Khabar, Bayanouni a insisté sur « l’intervention étrangère pour la protection des civils, parce que tout simplement c’est une question morale et humaine pour mettre fin à la répression pratiquée par le régime syrien contre les civils non armés et les innocents ».

Le membre du Conseil national syrien de l’opposition a expliqué que « l’échec des observateurs arabes dans l’arrêt de l’effusion du sang est une preuve sur l’exactitude de notre appel à la protection du peuple syrien ».
Selon lui, « le conseil syrien n’a pas appelé à l’intervention des étrangers par amour pour eux ou parce que nous voulons le chaos dans le pays. Au contraire, c’est le régime syrien qui nous a poussés à choisir cette option ».
Il a ajouté : « La répression et la violence nous ont poussés à faire ce choix. Il faut faire le choix le moins nuisible au peuple. Quant à la nature de l’intervention, c’est-à-dire militaire ou humanitaire, nous disons que l’important est l’arrêt de l’effusion du sang ».

L’ex-dirigeant des Frères musulmans a démenti les informations sur « la domination des islamistes sur le conseil national, et donc la multiplication des craintes sur des appels à un Etat religieux en Syrie après la chute du régime ».
Qualifiant ces propos d’ « infondés et de sans aucun fondement », Bayanouni a souligné que « le conseil est formé de plusieurs courants de l’opposition, non seulement des Frères musulmans ou des salafistes, de plus les Frères musulmans appellent eux-mêmes à un régime laïc ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite