Michael Rubin sur CNN : Le développement des provinces du sud, en tête des priorités du Roi Mohammed VI

Le développement des provinces du sud du Maroc figure en tête des priorités de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, depuis l’accession au Trône du Souverain en 1999, souligne Michael Rubin, un expert à “l’American Enterprise Institute” et conférencier à la “Naval Postgraduate School’s Center for Civil-Military Relations”, dans une analyse publiée mardi sur le site électronique de CNN.

"La stratégie du Roi Mohammed VI, depuis Son accession au Trône, a été de mettre l’accent sur le développement économique des provinces du sud en y affectant les ressources nécessaires, dans le cadre d’une stratégie qui a eu pour résultat une amélioration significative du niveau de vie des populations de la région", rappelle M. Rubin. Grâce à cette stratégie, "le gouvernement marocain s’attèle aujourd’hui sur le développement durable, le tourisme, le secteur des affaires et l’éducation, entre autres secteurs vitaux de cette partie du Royaume", note-t-il.

Dans le cadre de cette perspective, le Maroc a mis en place le plan d’autonomie au Sahara, sous souveraineté marocaine, "une proposition pleine de bon sens historique (…) tout en garantissant une solution gagnant-gagnant", fait observer Michael Rubin. Touerfois, a-t-il noté, "bien que les diplomates penchent naturellement vers les solutions de compromis, les solutions gagnant-gagnant n’aboutissent que lorsque toutes les parties s’y attèlent sincèrement et avec bonne volonté", en regrettant que "ce n’est manifestement pas le cas de l’Algérie et de sa création le polisario". Pour cet expert, "l’Algérie s’oppose au plan d’autonomie au Sahara de crainte que cette solution crée un précédent sur le plan de sa politique interne", en soulignant que pour Alger "le polisario n’est qu’un outil destiné à servir ses visées hégémonistes dans la région".

Rubin a, d’autre part, mis en garde contre le "siphonage" en règle de l’aide internationale destinées aux camps de Tindouf par les milices du polisario, une situation qui fait le lit à une alliance entre les séparatistes et Al-Qaeda dans le Maghreb Islamique (AQMI), qui a réussi à pénétrer, à une large échelle, les camps de Tindouf. Michael Rubin s’élève, dans ce contexte, contre le refus de l’Algérie et du +polisario+ d’autoriser les Nations Unies de réaliser un recensement dans les camps de Tindouf, en avertissant que "toute posture indifférente face à la corruption endémique dans ces camps n’est plus une question de gaspillage de l’aide internationale, mais bien et de plus en plus une menace à la sécurité nationale des Etats Unis".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite