Maroc: un élu se suicide, ouverture d’une enquête

Le parquet marocain a annoncé mardi l’ouverture d’une enquête à la suite du décès par balle d’un élu du parti PAM aux récentes élections régionales, selon un communiqué officiel, qui privilégie la piste d’un suicide.

Abdelouahab Belfqih est décédé mardi dans un hôpital de Guelmim “après avoir été blessé par balle à son domicile”, précise le texte. Les enquêteurs ont retrouvé un fusil de chasse chez lui.

Le parquet “a ordonné une enquête judiciaire approfondie pour connaître les circonstances et les causes de cet incident, avec une autopsie de la dépouille”, indique le communiqué.

L’enquête préliminaire “privilégie la piste du suicide du défunt par ledit fusil, saisi pour une expertise”, détaille le parquet.

Elu le 8 septembre sous l’étiquette du Parti authenticité et modernité (PAM, libéral), Abdelouahab Belfqih postulait à la présidence du conseil régional de Guelmim-Oued Noun.

Mais sa candidature lui avait été retirée récemment par la direction du PAM à la suite d’une alliance post-électorale avec un autre parti libéral, le Rassemblement national des indépendants (RNI) et le parti centriste de l’Istiqlal.

C’est l’élue du RNI, Mbarka Bouaida, qui a été finalement reconduite mardi à la tête du conseil de la région Guelmim-Oued Noun.

Abdelouahab Belfqih avait alors décidé de se retirer de la vie politique et de soutenir ouvertement Mohamed Aboudrar, candidat USFP.

Les élections au sein des conseils locaux se déroulent parfois dans des ambiances électriques: c’est le cas à Rabat où l’élection du maire de la capitale du royaume a été reportée lundi après de vives tensions, selon les médias locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite