Maroc : ces ressortissants français qui ont choisi de rester

Si des Français, principalement les touristes, se sont pressés de regagner leur pays après l’annonce de la fermeture de l’espace aérien pour endiguer la propagation de coronavirus, ils sont tout autant, voire plus, à désirer rester dans leur pays d’adoption, relève mercredi le quotidien Le Figaro, rappelant que Hélène Le Gal, l’ambassadrice de France au Maroc, avait d’ailleurs recommandé aux Français résidant de rester chez eux.

Les plus de 54 000 ressortissants français sont ainsi nombreux à être installés durablement au Maroc. “Ma famille est ici, même si mes parents sont, eux, toujours en France, alors je n’envisage pas de rentrer”, témoigne une consultante, installée à Casablanca depuis 1995.

Cette consultante “continue de se déplacer régulièrement auprès de son principal client, qui a organisé le télétravail de tous ses employés, à l’exception de son comité de direction”, précise le quotidien.

Quant aux établissements scolaires d’enseignement français qui accueillent plus de 37 000 élèves et emploient une grande partie de la communauté française, ils sont fermés. « Mais je continue à travailler de chez moi alors il n’est pas question de rentrer, d’autant plus que, d’après les informations que j’ai, la situation est pire en France (…) », explique Garlonn Dupoirier,  enseignante en CE1 à l’école Gauthier, à Casablanca.

“La jeune femme n’envisagera de rentrer en France que si l’un de ses proches devait mourir, car même malade elle ne pourrait certainement pas le voir”», souligne le Figaro, indiquant que les ” Français installés au Maroc sont donc vigilants, mais assez peu inquiets”.

“D’une part j’ai entendu que le virus survivait mal à des températures excédant les 25 °C, note Roseline El Banouri, mais surtout, mon entreprise (Assurances) a pris des mesures d’hygiène et de protection de la santé de ses salariés très tôt”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite