L’incendie du laboratoire Serum Institue of India va-t-il affecter la livraison des vaccins au Maroc?

Des pays comme le Brésil et le Maroc devront encore attendre quelques jours de plus pour obtenir des vaccins contre le Covid-19, croit savoir jeudi Times of India. Mais un incendie s’est déclaré aujourd’hui dans l’usine de fabrication de vaccins, Serum Institue of India.

L’Inde fabrique, à travers son laboratoire Serum Institue, le plus grand fabricant de vaccins au monde, et distribue le Covishield sous licence AstraZeneca-Oxford University.

“Le gouvernement n’a pas encore approuvé les droits d’atterrissage pour les aéronefs envoyés pour récupérer la cargaison de vaccins”, rapporte Times of India.

Ce jeudi matin, un incendie s’est déclaré au Serum Institute of India, selon des images de la télévision locale, mais les médias ont précisé que la production de vaccins contre le Covid-19 n’était pas affectée.

Les chaînes de télévision indiennes montraient un énorme nuage de fumée grise au-dessus du site de Serum Institute of India, à Pune (ouest) où sont produites actuellement des millions de doses du vaccin contre le coronavirus Covishield, développé par AstraZeneca et l’Université d’Oxford.

Toutefois, selon les chaînes, l’incendie s’est déclaré sur un site en construction à l’écart des installations de production des vaccins.

“L’installation de production de vaccins n’est pas affectée et cela ne va pas en affecter la production”, a déclaré à l’AFP une source au sein de Serum Intitute of India, précisant que “le feu a pris dans une nouvelle usine en construction”.

Selon un décompte de l’AFP, 60 pays ou territoires, regroupant 61% de la population mondiale, ont lancé leur campagne de vaccination. Mais 11 pays concentrent 90% des doses injectées.

En Europe occidentale, les retards de livraisons de Pfizer/BioNTech en Europe continuent de faire polémique. L’Italie compte prendre “dans les prochains jours” des actions légales contre le laboratoire Pfizer. Et le Danemark doit revoir à la baisse de 10% ses objectifs de vaccination au premier trimestre.

Le variant anglais du coronavirus continue de se propager dans le monde et inquiète de nombreux Etats.

Le variant sud-africain du coronavirus se diffuse lui plus lentement et est présent dans 23 pays et territoires, soit 3 de plus qu’au 12 janvier, a précisé l’OMS.

Mais il risque de poser un autre problème: plusieurs nouvelles études semblent confirmer que, contrairement au variant anglais, il risque d’échapper au moins partiellement à la protection espérée des vaccins contre le Covid-19.

L’OMS a aussi indiqué suivre la diffusion de deux autres variants apparus au Brésil, le P1, signalé dans l’Etat de l’Amazonas et détecté aussi au Japon sur quatre personnes venues du Brésil, et un autre variant.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite