Les gardes communaux manifestent dans plusieurs villes en Algérie

Des milliers de gardes communaux algériens ont organisé mardi, des sit-in de protestation dans plusieurs villes d’Algérie pour réclamer un statut “à la hauteur des sacrifices consentis durant la décennie noire”.

Ces éléments, qui ont été une force d’appoint aux services de sécurité durant les années noires, ont dénoncé ce qu’ils qualifient de "l’ingratitude" des pouvoirs publics, qui selon eux, n’ont pas répondu à ce jour à leurs revendications soulevées déjà dans le passé.

Dans un communiqué, relayé par des médias algériens, les gardes communaux, dont figurent également des victimes et autres handicapés de la décennie noire, exigent un statut de guerre.

Le porte-parole de la coordination des gardes communaux, Lahlou Aliouat a, dans une déclaration de presse, qualifié la façon avec laquelle a été menée la dissolution de la garde communale de "bricolage".

"A Alger par exemple, des gardes communaux ont été affectés à la décharge publique d’Ouled Fayet et y travaillent comme gardiens. D’autres ont été affectés à des postes avec des contrats provisoires, ce qui ne garantit pas leur avenir", s’indigne-t-il.

L’ancien ministre de l’Intérieur algérien, Dahou Ould Kablia, avait affirmé que le problème des gardes communaux "est définitivement réglé", écartant l’hypothèse d’accorder à ce corps "le statut de police communale".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite