Des fédérations musulmanes rendront hommage à Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine

Des fédérations musulmanes en France organisent vendredi une cérémonie de recueillement avec dépôt de gerbes devant le collège de l’enseignant décapité, Samuel Paty, à Conflans-Sainte-Honorine.

M. Mohammed Moussaoui prendra part à cette cérémonie en sa qualité du président du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de l’Union des mosquées de France.

Un moment de recueillement sera observé devant le collège du Bois d’Aulne, suivi d’un dépôt de gerbes de fleurs.

Samuel Paty, enseignant de 47 ans à Conflans-Sainte-Honorine en région parisienne, a été décapité le 16 octobre par Abdoullakh Anzorov, un réfugié d’origine russe tchétchène de 18 ans, pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de deux cours début octobre sur la liberté d’expression.

L’assaillant avait revendiqué son geste dans un message audio en russe où il dit avoir “vengé le prophète” Muhammed, reprochant au professeur de l’avoir “montré de manière insultante”. Il avait été abattu peu après par la police.

Le CFCM propose un prêche aux imams de France

 

Mohammed Moussaoui , président du CFCM et de l’UMF

Un texte proposé par le CFCM sera diffusé aux imams des mosquées à l’occasion du prêche de vendredi.

“Avec le CFCM, nous allons envoyer un texte à tous les imams de France pour qu’ils s’en inspirent pour leur prêche de vendredi [23 octobre]. C’est un texte pédagogique, qui reviendra sur le terrorisme, la sacralité de la vie et les questions – comme les caricatures – qui ont déclenché ces actes de grande violence”, a déclaré jeudi M. Moussaoui au journal La Croix.

Pour M. Moussaoui, “ceux qui commettent des actes de terrorisme en évoquant l’islam, le font en dévoyant la religion. Ils instrumentalisent la religion pour commettre des actes que l’islam réfute et qui sont en contradiction totale avec cette religion.”

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite