Le Maroc, pays pionnier en matière de gestion des flux migratoires (ministre ivoirien)

Le Maroc est un pays pionnier en matière de gestion des flux migratoires, grâce aux dispositions “courageuses” et “innovantes” en la matière, citées en exemple dans le monde, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, Ally Coulibaly.

"Qu’il soit pays d’émigration, d’immigration et de transit, le Maroc s’est distingué par son vaste travail de réflexion engagé dans le monde, dans ce domaine, par la mise en œuvre d’une politique migratoire tenant compte de ses réalités propres", a souligné M. Coulibaly à l’ouverture du 4ème forum annuel de l’immigration.

Le ministre ivoirien s’est félicité du "partenariat inédit" entre le Royaume du Maroc et la République de Côte d’ivoire, fondé sur la confiance et le respect mutuel, réaffirmant la volonté de son pays de conjuguer ses efforts avec le Maroc pour faire face à l’immigration africaine, l’un des défis majeurs du 21ème siècle.

M. Coulibaly a mis en exergue la politique migratoire mise en place par le Maroc, sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI, qui avait pris, en décembre 2014, la décision historique de régulariser la situation des migrants en situation irrégulière dans le Royaume.

"Quelque 25.000 migrants sur 28.000 ont bénéficié de titres de séjour, soit un pourcentage de 85%", s’est-il réjoui, relevant que cette action va se poursuivre, puisque le Souverain "a accordé une nouvelle chance à 19.000 migrants pour régulariser leur situation, dont 3515 Ivoiriens".

S’agissant des actions entreprises par son pays, en la matière, le ministre a fait savoir que la Côte d’Ivoire est en train d’élaborer une politique migratoire conforme à son identité et à sa tradition, étant donné que 24,2% de ses habitants sont issus de l’immigration.

Cette politique repose sur quatre piliers, à savoir l’encouragement du retour volontaire des Ivoiriens en situation régulière à même de contribuer au développement du pays, la création d’emplois pour la jeunesse pour la mettre ainsi à l’abri de toute tentation de départ à la recherche d’un avenir meilleur, la lutte contre les filières exploitant la misère des migrants, outre la mise en place d’une véritable campagne de sensibilisation contre l’immigration irrégulière, selon M. Coulibaly. Initié par le ministère chargé des Marocains résidant à l’étranger et des Affaires de la migration, sous le haut patronage du roi Mohammed VI, ce forum tenu sous le thème "Quelle gouvernance locale pour les politiques migratoires", a jeté la lumière sur les approches et les acteurs de gouvernance locale des migrations, à un moment où le Maroc s’attelle à la territorialisation de sa stratégie nationale d’immigration et d’Asile.

Cette rencontre a été l’occasion également de croiser les apports théoriques de la recherche en ce domaine avec les expériences d’autres pays et les efforts au niveau national, et de présenter les tendances actuelles et les enjeux de la migration internationale pour les villes et les régions, notamment en matière d’urbanisme, d’accès aux services et de vivre-ensemble.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite