Le Maroc et le Bahreïn veulent hisser leurs relations à des niveaux supérieurs

Le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita et son homologue bahreïni, Abdullatif Bin Rashid Al Zayani, ont exprimé leur fierté relative aux relations de coopération et de solidarité continue entre les deux pays frères, à la faveur de la haute sollicitude du roi Mohammed VI et du roi Hamad ben Aissa Al khalifa qui veillent à poursuivre leur développement et à les hisser à des niveaux supérieurs.

Un communiqué conjoint publié à l’issue de leurs entretiens, mardi à Marrakech, indique que les deux ministres ont passé en revue la situation des relations bilatérales et les moyens de les développer en vue de les hisser à des niveaux supérieurs, conformément à la vision éclairée et aux Hautes Orientations des Souverains des deux pays.

Dans ce sens, les deux parties ont insisté sur l’importance de la tenue, au cours de cette année, de la 5ème session de la Haute commission mixte Maroc-Bahreïn sous le signe de la transition vers une étape de coopération qualitative, marquée du sceau de l’implication d’institutions gouvernementales et d’investissements fondamentales, axée sur des secteurs stratégiques prioritaires et visant des projets réalisables avec un impact tangible sur le processus de développement et une incidence directe sur le progrès et la prospérité dans les deux pays frères.

A cet égard, les deux ministres ont fait part de leur satisfaction du niveau des préparatifs continus pour la tenue de la 5ème session de la Haute commission mixte, avec l’élaboration de 11 accords de coopération qui sont prêts pour signature et portant sur des secteurs vitaux, tels que le pétrole, le gaz, les énergies renouvelables, les investissements, les assurances sociales, ouvrant ainsi la voie à des instances gouvernementales et à des organismes d’investissements pour adhérer, pour la première fois, à la marche commune continue en vue de hisser les relations bilatérales à des niveaux supérieurs.

D’autre part, les deux ministres ont souligné la nécessité d’activer la commission mixte des affaires consulaires par la tenue de sa première réunion afin de contribuer à l’établissement d’un diagnostic objectif de l’état actuel des lieux, puis l’élaboration d’une vision globale d’une coopération consulaire et sociale ouverte et intégrée, qui prend en considération la préservation et le renforcement des liens sociaux et humains entre les deux peuples frères et garantit les conditions idoines pour permettre aux citoyens de chacun des deux pays de contribuer à la marche de développement de l’autre pays.

Ils se sont félicités des cadres juridiques en vigueur adoptés par les deux pays et régissant l’entrée, la résidence et le travail des citoyens de chacun des deux pays dans l’autre pays, conformément à des lois et procédures simplifiées.

Les deux parties ont insisté sur l’importance de poursuivre l’application des dispositions de “l’échange des lettres” portant approbation par le Bahreïn, en date du 27 avril 2004, de la demande du Royaume du Maroc d’exemption de visa d’entrée au Royaume de Bahreïn pour les passeports diplomatiques, spéciaux et de service.

A ce sujet, les deux ministres se sont dits ouverts à la possibilité de développer le cadre de référence de cette exemption à travers la conclusion d’un mémorandum d’entente entre les ministères des Affaires étrangères des deux pays, en tant que nouveau cadre qui remplace celui de l’échange des lettres. Ils ont ainsi appelé à l’examen de cette question et à l’échange d’avis dans l’attente d’une prise de décision sur ce sujet le moment opportun.

Ils ont également exprimé leur profonde satisfaction de l’échange de soutien entre les deux Royaumes concernant leurs candidatures à des postes et à l’adhésion à des organisations internationales et régionales, mettant l’accent sur l’importance de poursuivre sur cette voie afin de garantir une présence forte et agissante des deux pays frères au sein de ces organisations, et servir aussi bien leurs intérêts nationaux que ceux de la région arabe dans son ensemble.

Par ailleurs, les deux ministres ont mis l’accent sur la nécessité de mettre en oeuvre le mémorandum d’entente, signé le 27 février 2018, entre l’Académie Marocaine des Etudes Diplomatiques et l’Académie Mohammed bin Mubarak Al Khalifa pour les études diplomatiques, à travers l’application de ses dispositions notamment en ce qui concerne l’échange de visites et la participation aux sessions de formation, aux stages et aux ateliers organisés par les deux institutions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite