Le journaliste algérien Rabah Karèche condamné à 12 mois de prison

Le tribunal de Tamanrasset (1929 km au sud d’Alger) a condamné, jeudi, le journaliste Rabah Karèche à 12 mois de prison, dont 8 ans ferme, pour des articles sur des manifestations dans le sud du pays, selon l’avocate Me Aicha Mebarek.

Lors de son procès qui s’est tenu le 5 août, le représentant du parquet a requis une lourde peine de trois ans de prison ferme à l’encontre du correspondant du quotidien “Liberté” à Tamanrasset.

Il était poursuivi pour “création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société”, “diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public” et “usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationales”, a précisé le Comité National pour la Libération des Détenus (CNLD).

Il a été placé sous mandat de dépôt le 19 avril dernier après la parution d’une série d’articles dans son journal et dans lesquels il rendait compte de la situation de la région, marquée par un mouvement de protestation citoyen contre un nouveau découpage

Selon ses avocats, cités par les médias locaux, il n’y a rien dans le dossier qui puisse justifier les accusations retenues contre lui. Pour eux, Karèche est emprisonné pour ses activités en lien avec son métier de journaliste.

Dans des déclarations à la presse, Me Mostefa Bouchachi a expliqué que dans ses articles incriminés, “il n’y a pas d’incitation à la haine et à la discrimination ni atteinte à l’unité nationale. Il n’y a pas non plus de fausses informations”.

Il a précisé qu’au contraire, il a rapporté fidèlement et avec professionnalisme les faits qui s’étaient déroulés et consistant en une protestation des citoyens de certaines communes de Tamanrasset contre le découpage administratif du 29 mars.

“Il n’y a rien d’autre dans le dossier que les trois articles, il est donc poursuivi en en sa qualité de journaliste”, a-t-il fait remarquer.

Pour sa part, Me Zoubida Assoul a fait observer que ces articles ne contiennent que des faits. Elle a précisé que “Rabah Karèche n’a exprimé aucun avis personnel, il n’a fait que rapporter un fait qui s’est déroulé à Tamanrasset”. “Au lieu d’être emprisonné, le journaliste devrait au contraire être remercié pour ce qu’il a accompli”, juge-t-elle.

De son côté, l’avocat Abdelghani Badi a mis l’accent sur la banalisation de l’emprisonnement des journalistes qui, selon lui, ne sert pas les intérêts du pays. “Au moins une dizaine de journalistes ont été privés de leurs droits. C’est un revers pour la situation du journaliste en Algérie”, a-t-il regretté.
Selon lui, ces dépassements et ces tentatives de faire taire les journalistes constituent une véritable atteinte à la réputation du pays.

“Les autorités croient servir leurs intérêts étroits en emprisonnant les journalistes, mais en réalité elles portent préjudice à l’image du pays”, a estimé Me Badi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite