La Turquie et l’UE signent un accord sur l’immigration clandestine

e lent réchauffement entre la Turquie et l’Union européenne a connu une nouvelle étape lundi avec la signature par Ankara d’un accord sur l’immigration clandestine qui doit permettre, à l’horizon 2017, la libre circulation des Turcs sur le territoire européen.

Deux mois après avoir relancé ses discussions d’adhésion avec Bruxelles, engluées depuis trois ans, Ankara s’est engagé à accepter le retour sur son territoire des migrants clandestins partis de Turquie expulsés par les Européens.

En échange, l’UE a accepté de garantir dans un délai de trois ans et demi la libre entrée des ressortissants turcs dans ses Etats membres.

"La porte de l’Europe sans visa va désormais être ouverte", s’est félicité le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan lors de la signature, assurant que "la Turquie remplira sans faille tous les engagements qui lui incombent à propos de l’accord de réadmission".

Le gouvernement islamo-conservateur turc avait paraphé cet accord de réadmission dès 2012 mais il avait suspendu sa signature formelle à un engagement de l’UE à étendre la libre circulation sur son territoire aux citoyens turcs.

Cette signature était attendue avec impatience à Bruxelles. La Turquie est l’un des principaux couloirs empruntés par les migrants clandestins originaires d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie qui souhaitent se rendre en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite