La France appelle à un “renforcement” de la mission des observateurs arabes en Syrie

Au lendemain de la présentation d’un premier rapport de la mission des observateurs arabes sur la Syrie, la France a réitéré son soutien, lundi, à cette initiative de la Ligue arabe, tout en soulignant la nécessité de "renforcer significativement" ses effectifs et sa capacité.

"La France continue à soutenir l’initiative de la Ligue arabe. Mais il est désormais clair que cette mission doit être significativement renforcée à la fois dans ses effectifs et dans sa capacité", a déclaré le porte-parole adjoint du Quai d’Orsay, lors d’un point de presse.

L’objectif, a ajouté Romain Nadal, est de pouvoir "évaluer pleinement et partout la réalité de l’application des quatre points du plan de la Ligue arabe, sans que le régime (syrien) ne puisse l’entraver ou maquiller la situation".

Cette déclaration intervient au lendemain de la présentation d’un premier rapport de la mission des observateurs arabe qui a notamment appelé Damas à veiller à "l’application rigoureuse et immédiate" du protocole arabe de sortie de crise, à savoir l’arrêt de la répression, la libération de tous les détenus, le retour des forces de sécurité dans les casernes et l’accès au territoire syrien.

La France a, par ailleurs, condamné la poursuite de la répression dans le pays, qui a fait encore plusieurs morts ces derniers jours, et exprimé "sa très grande préoccupation" devant les nouvelles arrestations arbitraires survenues en dépit des annonces de libérations de prisonniers, a ajouté M. Nadal, citant notamment l’arrestation de l’acteur Jalal al-Tawil la semaine dernière à la frontière syro-jordanienne.

"Le régime syrien doit arrêter la répression, mettre un terme à toutes les manipulations, et se conformer immédiatement à tous ses engagements, comme le comité ministériel de la Ligue arabe l’y a encore appelé le 8 janvier", a-t-il souligné.

Paris a également condamné l’attentat qui a eu lieu vendredi à Damas et "adresse ses condoléances aux familles des victimes". "De tels actes contre la population civile sont intolérables, quels qu’en soient les auteurs ou les commanditaires", a ajouté le porte-parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite