La crise du coronavirus fait exploser le chômage aux Etats-Unis

Le nombre de demandeurs d’allocations chômage a explosé aux Etats-Unis en une semaine, du jamais vu, sous l’effet des mesures draconiennes prises par les autorités pour endiguer la pandémie du coronavirus.

Près de 6,65 millions de personnes ont poussé la semaine dernière les portes des agences pour l’emploi, s’ajoutant aux 3,3 millions de personnes de la semaine précédente.

Sur deux semaines, ce sont ainsi près de 10 millions de personnes qui se sont inscrites pour recevoir une allocation chômage.

Le Covid-19 touche désormais l’ensemble des 50 Etats américains, et si tous les secteurs sont concernés, les services et la restauration sont en première ligne, selon l’enquête publiée jeudi par le département du Travail.

Jeudi, plus de 85% de la population américaine était appelée à rester confinée, obligeant certains travailleurs, notamment indépendants, à cesser leur activité.

Jour après jour, les fermetures d’entreprises, temporaires ou définitives, se multiplient tandis que des plans de départ émergent, comme celui annoncé jeudi par le constructeur aéronautique Boeing, un des piliers de l’économie américaine.

Les demandes d’allocations “resteront probablement à des niveaux historiquement élevés pendant des semaines”, ont commenté les économistes de Barclays dans une note.

Ces chiffres record ne reflètent pas le niveau habituel du chômage dans le pays puisque les personnes malades, en quarantaine ou au chômage technique peuvent désormais prétendre à une allocation chômage, de même que les travailleurs indépendants, ce qui n’était pas le cas avant la pandémie.

Ces mesures d’aides sociales ont été actées dans la loi dans le cadre d’un vaste plan de relance de l’économie ratifié vendredi par le président américain, Donald Trump. Elles ont eu pour effet de gonfler les chiffres.

A l’inverse, certains demandeurs pourraient sortir des statistiques dans les semaines à venir à la faveur d’une autre mesure prévue par ce plan: 350 milliards de dollars de prêts aux petites entreprises, avec effacement de la dette pour celles qui ne licencieront pas.

Ainsi les patrons qui veulent retrouver les salariés dont ils ont dû se séparer ou en embaucher de nouveaux pourront, dès vendredi, aller voir leur banquier pour demander de l’argent frais.

– Recherches Google “dossier de chômage” –

Le taux de chômage aux Etats-Unis pour le mois de mars sera publié vendredi mais il ne concernera que le début du mois, soit avant les mesures massives de confinement.

Il devrait s’établir à 4%, estiment les analystes, qui n’attendent pour ce mois-ci qu’une légère augmentation par rapport à février, où il était à 3,5%, son plus bas niveau en 50 ans.

En revanche, les économistes se montrent nettement plus pessimistes pour avril, qui reflètera davantage les effets de la pandémie.

“Dans un contexte où de vastes pans de l’économie restent fermés et où les mesures de confinement ont été renforcées, le rythme des licenciements pourrait s’accélérer”, alerte ainsi Rubeela Farooqi, chef économiste de High Frequency Economics (HFE).

“Les recherches Google +dossier de chômage+ (…) ont chuté, mais restent très élevées”, relève pour sa part Ian Shepherdson, chef économiste chez Pantheon Macroeconomics.

Il table ainsi sur un nombre total “potentiel de 16 à 20 millions” de licenciements sur mars et avril, soit un “taux de chômage de 13 à 16%”.

La crise du coronavirus a paralysé des pans entiers de l’économie partout dans le monde, mettant à l’arrêt entreprises et usines. Les importations aux Etats-Unis de biens en provenance de Chine ont ainsi diminué de 16,7% en février, selon des données également publiées jeudi par le ministère du Commerce.

Les entreprises américaines ont même, en mars, recommencé à détruire des emplois, ce qui n’était quasiment jamais arrivé depuis 10 ans, a montré mercredi une enquête de la firme de services aux entreprises ADP, qui ne porte toutefois que sur le début du mois.

Le virus a fait 5.151 morts aux Etats-Unis, et contaminé 217.263 personnes, selon le décompte de l’Université américaine Johns Hopkins, qui fait référence.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite