La classe politique marocaine vent debout contre l’accueil de Brahim Ghali par l’Espagne

L’accueil par l’Espagne du chef des séparatistes du ‘’polisario’’, Brahim Ghali, est un acte ‘’inacceptable” et “condamnable’’ et s’inscrit en flagrante contradiction avec la qualité des relations entre le Maroc et l’Espagne, ont réagi, samedi à Rabat, les partis politiques marocains représentés au Parlement.

Il s’agit d’‘’un acte inacceptable et condamnable et une provocation explicite du Maroc, en flagrante contradiction avec la qualité des relations bilatérales entre les deux peuples, les deux pays et le bon voisinage, surtout que cet individu traine des accusations graves portant sur la violation des droits humains, des crimes contre l’humanité et des violations graves des droits des séquestrés aux camps de Tindouf’’, ont-ils dénoncé dans un communiqué conjoint publié à l’issue d’une réunion avec le chef du gouvernement, Saad Eddine El Othmani, en présence du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita.

Indiquant avoir appris avec fortes réprobation et indignation l’accueil du chef des séparatistes, sous fausse identité algérienne, “ce qui traduit une attitude propre aux milices et bandes criminelles”, les partis politiques signataires du communiqué appellent le gouvernement espagnol à préciser clairement sa position sur cette flagrante violation et à entreprendre immédiatement tout ce qui est de nature à corriger cette situation.

Ils ont également déploré “l’attitude d’indulgence et de complaisance” dont ont fait preuve les autorités espagnoles en accueillant un ennemi du Royaume, en violation flagrante de la loi et en faisant fi des intérêts vitaux d’un pays voisin et partenaire.

A cet égard, ils ont rejeté les ‘’justifications et prétextes de certains responsables espagnols’’, considérant que “le partenariat et le bon voisinage requièrent de respecter la souveraineté du Maroc et d’arrêter de traiter avec ses ennemis”.

les partis politiques se disent convaincus que l’Espagne a “souffert et souffre toujours du séparatisme et de ses répercussions néfastes sur sa stabilité et son unité, mais à aucun moment un parti marocain n’a pris position ou entrepris un acte soutenant la thèse séparatiste chez le voisin espagnol”, réaffirmant leur conviction profonde que les actes criminels commis par Brahim Ghali impliquent sa poursuite devant la justice espagnole, suite aux plaintes déposées par ses victimes pour ses multiples crimes.

Ils ont appelé les différentes forces vives en Espagne à agir rapidement et à faire valoir la voix de la sagesse et de la logique des intérêts supérieurs communs entre les deux pays, en vue de corriger immédiatement cette grave violation à l’encontre du Maroc et réparer les dégâts subis par les relations ancestrales entre les deux peuples et les deux pays.

Réaffirmant leur engagement constant derrière le roi Mohammed VI pour la défense de l’intégrité territoriale du Royaume qui fait l’unanimité nationale, ils ont réitéré leur fierté quant aux acquis importants et inédits réalisés en faveur de la cause nationale, ainsi que leur mobilisation constante pour faire face aux actes et attitudes qui pourraient nuire à la souveraineté du Maroc ou menacer ses intérêts suprêmes.

Le communiqué conjoint est signé par le Parti de la Justice et du Développement (PJD), le Parti Authenticité et Modernité (PAM), le Parti de l’Istiqlal (PI), le parti du Rassemblement National des Indépendants (RNI), le parti du Mouvement Populaire (MP), le Parti de l’Union Socialistes des Forces Populaires (USFP), le parti de l’Union Constitutionnelle (UC), le Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et le Parti Socialiste Unifié (PSU).

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite