La Cédéao sur la voie d’un accord pour le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée Bissau

Le chef de la délégation de la Communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao- 15 pays dont la Guinée Bissau), Kadré Désiré Ouédraogo a déclaré, mardi à Bissau, que les militaires au pouvoir depuis le coup d’Etat du 12 avril se sont dits prêts à restituer le pouvoir et à rétablir l’ordre constitutionnel.

La délégation de la Cédéao est arrivée, lundi soir, en Guinée-Bissau pour réclamer un retour à l’ordre constitutionnel et la poursuite du processus électoral interrompu par le coup de force du 12 avril. Dès son arrivée, la mission de la Cédéao a entrepris une série de contacts avec des représentants du Commandement militaire, une instance mis en place par les auteurs du coup d’Etat.

Dès jeudi dernier, la Cédéao avait fermement condamné le coup d’Etat militaire et exigé le retour immédiat à l’ordre constitutionnel.

"Après des échanges approfondis, nous sommes parvenus à nous mettre d’accord sur le fait que les militaires acceptent la décision de la CEDEAO, et que les militaires décident du retour à l’ordre constitutionnel normal en Guinée-Bissau", a déclaré à la presse le chef de la délégation Kadré Désiré Ouédraogo.

A Addis Abeba, L’Union africaine a annoncé, mardi, la suspension de la Guinée-Bissau comme mesure de sanction contre le coup d’Etat militaire de jeudi dernier.

"Le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a décidé de suspendre, avec effet immédiat, la Guinée-Bissau de toutes ses activités de l’Union africaine, tant que l’ordre constitutionnel ne sera pas rétabli", a-t-on annoncé à l’issue d’une réunion au siège de l’UA à Addis Abeba.

L’on a précisé de même source que des sanctions sont également envisagées prochainement à défaut d’un retour à l’ordre constitutionnel dans ce pays d’Afrique de l’Ouest ébranlé par un nouveau coup d’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite