L’EI dément avoir perdu des hommes dans le bombardement américain en Afghanistan

Le groupe Etat islamique (EI) a démenti vendredi via son organe de propagande Amaq avoir subi des pertes dans le bombardement américain de jeudi dans l’est de l’Afghanistan, qui a tué au moins 36 jihadistes selon les autorités afghanes.

“Une source de sécurité a démenti auprès de l’agence Amaq tout mort ou blessé dans la frappe américaine d’hier à Nangarhar”, a indiqué Amaq, en faisant référence au largage d’une bombe à effet de souffle massif (MOAB) GBU-43/B, surnommée par Washington la “mère de toutes les bombes”.

L’utilisation de La bombe GBU-43, bombe de destruction massive non-nucléaire était justifiée a insisté le chef des armées américaines en Afghanistan, le général John Nicholson : « Cette arme était celle qui correspondait à la cible que nous avions. Plus de 400 km carrés ont été libérés dans le sud du Nangahar. Les ennemis utilisaient ces tunnels et ces champs de mines pour se déplacer en échappant aux forces armées américaines et afghanes ».

La cible a été atteinte, a renchéri le général Dowlat Waziri, porte-parole du ministre afghan de la Défense. Le chef de l’OTAN a indiqué que l’opération commencée le mois dernier s’était faite en coordination avec les forces armées afghanes, assurant que ce soutien américain restera indéfectible. « Les Etats-Unis sont engagés auprès de l’Afghanistan dans ce combat. Nous sommes auprès du gouvernement pour empêcher des groupes terroristes d’établir leurs sanctuaires en Afghanistan », a déclaré le général Nicholson. Un message qui s’adresse à l’organisation Etat islmaqiue, mais aussi aux talibans, nombreux dans cette région frontalière du Pakistan.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite