Iran: Washington accuse Paris, Londres et Pékin de “manquer à leur devoir”

Washington a accusé vendredi Pékin, Londres et Paris de “manquer à leur devoir” en s’opposant à une procédure enclenchée par les Etats-Unis pour rétablir les sanctions internationales contre l’Iran.

Washington a accusé vendredi Pékin, Londres et Paris de “manquer à leur devoir” en s’opposant à une procédure enclenchée par les Etats-Unis pour rétablir les sanctions internationales contre l’Iran.

“Nous n’avons besoin de la permission de personne pour lancer le +snapback+”, a dit à des journalistes Brian Hook, l’émissaire américain pour l’Iran. “L’Iran viole ses engagements en matière de nucléaire. Les conditions pour lancer le +snapback+ sont là”, a-t-il insisté.

Les Etats-Unis ont formellement activé jeudi à l’ONU ce mécanisme dit “snapback” au titre de “participant” à l’accord sur le nucléaire –conclu en 2015 entre l’Iran et la communauté internationale– pour réclamer le rétablissement des sanctions internationales contre Téhéran, accusé d’avoir violé ce pacte.

Mais ils se sont immédiatement heurtés au refus catégorique de leurs alliés européens et des autres grandes puissances.

M. Hook a estimé que les autres membres du Conseil de sécurité de l’ONU avaient “échoué” il y a une semaine en ne prolongeant pas l’embargo sur la vente d’armes à l’Iran, qui arrive bientôt à échéance, comme demandé par le Conseil de coopération du Golfe.

“La Chine, la Russie, la France et le Royaume-Uni ont décidé d’ignorer le point de vue du Conseil de coopération du Golfe”, qui rassemble “les pays les plus proches du danger”, a-t-il dit.

Le Conseil de sécurité “avait la responsabilité de respecter leur point de vue pour prolonger l’embargo sur les armes”, a-t-il jugé. “Ce fut un manquement décevant à leur devoir”.

Pour M. Hook, quelle que soit la position des autres pays du Conseil de sécurité, le mécanisme ne peut être bloqué.

“Le Conseil de sécurité, à la fin des 30 jours, va rétablir toutes les sanctions de l’ONU”, a-t-il assuré. “Que les gens soutiennent ou s’opposent à ce que nous faisons, ce n’est pas important”.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a lui averti que Washington ne permettrait pas que des armes soient fournies à l’Iran après l’expiration de l’embargo le 18 octobre.

“Je vous assure que les Etats-Unis utiliseront tous les moyens à leur disposition pour être sûrs que les Chinois et les Russes soient incapables de livrer des armes qui nous menacent à l’Iran”, a-t-il affirmé à Fox News.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite