“Il n’y a plus de place pour les régimes autoritaires sur les rives de la Méditerranée” (Président turc)

"Il n’y a plus de place pour les régimes autoritaires sur les rives de la Méditerranée", a affirmé le président turc, Abdullah Gul, dans un entretien au Sunday Telegraph, faisant allusion au régime syrien.

"Je crois fermement qu’il n’y a plus de place pour les régimes autoritaires- ni pour les systèmes de partis uniques où il n’y a pas de transparence- sur les rives de la Méditerranée", a affirmé le chef d’Etat turc, qui entame ce dimanche une visite d’Etat au Royaume-Uni.

M. Gul a indiqué avoir invité le Président syrien à lancer un programme de réformes démocratiques, au risque de voir les choses prendre une mauvaise tournure.

"Nous avons fermement conseillé (au Président syrien) d’accélérer le rythme des réformes", l’avertissant que les choses risquaient de "très mal tourner".

Pour ce qui est du soutien apporté par la Turquie aux opposants syriens, M. Gul a nié les informations publiées la semaine dernière faisant état d’un soutien turc à des insurgés armés qui se préparent à attaquer le régime syrien à travers la frontière.

Il a toutefois admis que la Turquie permet à l’opposition syrienne de tenir ses réunions dans un environnement libre.

"Avec une voix forte et claire, nous disons que nous soutenons les revendications légitimes du peuple syrien. Nous fournissons à l’opposition syrienne une plate-forme diplomatique pour tenir ses réunions dans un environnement libre".

Par ailleurs, le Président turc, qui sera l’hô te de la Reine Elisabeth II au Buckingham Palace, a exprimé la détermination de son pays à intégrer l’union européenne.

Lancées en 2005, les négociations sur l’adhésion de la Turquie à l’UE font face à l’opposition française et allemande.

"Ceux qui peuvent réfléchir à long terme peuvent voir la force que la Turquie peut apporter à l’Europe", a déclaré M. Gul.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite