France: le président du Crif Prasquier se dit inquiet des “nationalismes”

France: le président du Crif Prasquier se dit inquiet des
Le président du Crif, Richard Prasquier, s’est dit inquiet mercredi de la crise en Europe "car les crises ne se limitent pas à l’économie" mais favorisent les "nationalismes" et "réactivent la xénophobie". Richard Prasquier s’exprimait en ouverture du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) dont l’invité d’honneur est le Président Nicolas Sarkozy et qui réunit un millier de personnes près de Paris.

"Voici revenus les nationalismes autarciques que l’on croyait hors d’âge", s’est exclamé le président du Crif. "Ils proposent des explications simplistes et réactivent la xénophobie. Le rempart européen ne doit pas se fissurer". "Certains (pays) ont mis une sourdine à leur antisémitisme, d’autres non. Mais c’est toujours la rhétorique inacceptable du bouc émissaire", a poursuivi le président du Crif. "Le Front National fait partie de cette nébuleuse".

“Nous ne voterons pas pour le Front National”, a-t-il précisé, notant que “le 27 janvier, jour de la commémoration internationale de la Shoah, c’est avec la droite européenne la plus extrême, celle des fraternités pangermaniques racistes, que Marine Le Pen est allée danser à Vienne”.

“Les Juifs”, a-t-il rappelé, “participent pleinement à la communauté nationale (…). Mais le Crif considère qu’il y a des lignes jaunes à ne pas franchir, envers ceux qui distillent un discours de préférence ethnique et envers ceux qui diabolisent Israël et appellent à son boycott”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite