Europe: Hollande met en garde contre la “dilution”, les “séparatismes” et les “égoismes”

Le président français François Hollande a mis en garde jeudi contre un “projet européen” qui “se dilue” et ouvre la voie aux “égoïsmes” et aux “séparatismes”, en allusion notamment au référendum sur l’indépendance de l’Ecosse.

"L’Europe, elle doit être une protection, elle ne l’est pas aujourd’hui. En tous cas, elle n’est pas ressentie comme telle", a regretté le chef de l’Etat français lors d’une conférence de presse semestrielle à Paris.

"Si le projet européen se dilue, la voie est ouverte, et on la voit empruntée, aux égoïsmes, aux populismes, aux séparatismes", a-t-il déclaré en soulignant que "tous les scrutins européens ne sonnent plus comme des avertissements, mais comme des tocsins".

"Qui peut dire ce que sera le résultat du référendum en Ecosse, qui peut décider de l’avenir du Royaume-Uni mais aussi de celui de l’Europe", a-t-il ajouté.

Dans le contexte de croissance économique atone, le président français a mis en garde contre le danger pour le continent d’"un scénario de fin de croissance".

"Le danger, c’est l’enlisement des économies européennes dans la stagnation, c’est-à-dire un scénario de fin de croissance, l’austérité budgétaire se conjuguant avec un niveau élevé de l’euro et la faible inflation s’ajoutant à la faible croissance", a-t-il dit.

Il a renouvelé son appel à une "réorientation de l’Europe" vers une "véritable politique de croissance et d’emploi", estimant que la position de la France sur ce point commençait "à être entendue".

Plaidant pour "une Europe à plusieurs vitesse, où le couple franco-allemand doit être le moteur" de l’intégration, il a affirmé que la France était "prête à de nouvelles initiatives (…) pour aller plus loin avec l’Allemagne dans des politiques intégrées, comme la transition énergétique, le numérique et les infrastructures".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite