Espagne : Sanchez se pose en garant de la “stabilité”

Le chef du gouvernement socialiste espagnol Pedro Sanchez a lancé lundi sa campagne électorale en vue des législatives du 10 novembre, en se posant comme le seul candidat pouvant garantir la "stabilité" du pays.

Ces élections seront les quatrièmes en quatre ans.

Vainqueur du dernier scrutin du 28 avril mais sans majorité absolue, Pedro Sanchez n’est pas parvenu à obtenir les soutiens suffisants, en particulier de la gauche radicale de Podemos, pour être reconduit au pouvoir par les députés.

"Nous sommes la seule force politique pouvant offrir de la stabilité, le sens de l’Etat et une feuille de route claire", a lancé le socialiste à Madrid, en présentant sa campagne.

"Il n’y a pas de temps à perdre en plaintes ou à se renvoyer la faute", a ajouté M. Sanchez, accusé par ses adversaires d’avoir voulu de nouvelles élections dès le début afin de tenter de se renforcer. Il accuse lui-même la droite et la gauche radicale d’avoir refusé ses propositions pour débloquer la situation.

Les sondages donnent les socialistes gagnants du scrutin mais toujours sans majorité absolue, ce qui les contraindra de nouveau à sceller des alliances pour que M. Sanchez puisse gouverner.

La gauche ira aux urnes plus divisée qu’en avril en raison de la candidature de l’ancien numéro deux de Podemos, Iñigo Errejon.

L’Espagne souffre d’instabilité politique depuis que le bipartisme a volé en éclats en 2015 avec l’entrée en force au Parlement de Podemos et des libéraux de Ciudadanos. Le Parlement est encore plus fragmenté depuis l’émergence de l’extrême droite de Vox au dernier scrutin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite