En pleine campagne de Boycott contre la France, le président Macron rencontre le CFCM

En pleine campagne de boycott visant des produits français, le président Emmanuel Macron rencontre ce lundi 26 octobre le Conseil français du culte musulman (CFCM), a appris Atlasinfo.

Le président est accusé d’attaquer l’islam depuis son discours sur le séparatisme islamiste et ses déclarations la semaine promettant que la France ne renoncerait ni aux caricatures, ni à la liberté d’expression, après la décapitation de l’enseignant Samuel Paty par un jeune russe d’origine tchétchène.

Ces propos avaient été prononcés lors d’un hommage national à Samuel Paty pour avoir montré des caricatures du prophète de l’islam en classe.

Dès samedi soir, des produits français ont ainsi été retirés des rayons de supermarchés à Doha, au Qatar.

La veille, le ministère des Affaires étrangères français a déclaré que “les appels au boycott sont sans aucun objet et doivent cesser immédiatement, de même que toutes les attaques dirigées contre notre pays, instrumentalisées par une minorité radicale”.

Emmanuel Macron avait tweeté peu après: “La liberté, nous la chérissons; l’égalité, nous la garantissons; la fraternité, nous la vivons avec intensité. Rien ne nous fera reculer, jamais”.

Le président du patronat Geoffroy Roux de Bézieux a appelé lundi les entreprises françaises à “résister au chantage et malheureusement à subir ce boycott” des produits français dans plusieurs pays du Moyen-Orient.

Interrogé sur la radio RMC, le patron des patrons (Medef) a estimé qu’il fallait “faire passer nos principes avant la possibilité de développer nos affaires”.

Le dirigeant du Medef a cependant refusé d’envisager de se livrer à un boycott réciproque : “Ne répondons pas à la bêtise par la bêtise (…) Il n’est pas question de boycotter qui que ce soit, il est question de s’en tenir à nos valeurs républicaines”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite