Embargo sur les armes: Washington n’a “jamais été si isolé” (Téhéran)

Téhéran a salué samedi un vote du Conseil de sécurité de l’ONU rejetant une résolution proposée par Washington visant à prolonger l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran qui expire en octobre.

Téhéran a salué samedi un vote du Conseil de sécurité de l’ONU rejetant une résolution proposée par Washington visant à prolonger l’embargo sur les ventes d’armes à l’Iran qui expire en octobre.

“Depuis 75 ans d’histoire des Nations Unies, l’Amérique n’a jamais été si isolée”, a tweeté le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Abbas Moussavi, après que seulement deux pays sur les 15 membres du Conseil de sécurité ont approuvé le projet de prolongation de l’embargo.

“Malgré tous les voyages, pressions et colportages, les États-Unis n’ont pu mobiliser qu’un petit pays (pour voter) avec eux”, a-t-il lancé, faisant allusion aux efforts du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo pour rallier des soutiens à la résolution américaine.

Selon la télévision d’Etat iranienne, le seul autre pays à avoir soutenu la résolution est la République dominicaine.

L’embargo contre les ventes d’armes à la République islamique expire le 18 octobre, selon les termes de la résolution qui a approuvé l’accord international sur le nucléaire iranien, conclu en juillet 2015 entre l’Iran et la communauté internationale.

Lors du vote de l’ONU, “hier soir, la diplomatie active de l’Iran, ainsi que la force juridique de (l’accord sur le nucléaire), ont de nouveau vaincu les États-Unis au Conseil de sécurité”, s’est réjoui M. Moussavi.

Le président américain Donald Trump a retiré unilatéralement son pays de l’accord sur le nucléaire en mai 2018 et réimposé des sanctions à l’Iran dans le cadre d’une campagne de “pression maximale”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite