Déconfinement et “passeports immunitaires”, l’OMS met en garde

La barre symbolique des 200.000 morts du nouveau coronavirus devait être franchie samedi, au moment où l’OMS émettait des réserves sur la délivrance de “passeports immunitaires” risquant de favoriser la propagation de la pandémie, une idée émise dans certains pays pour accompagner le déconfinement.

“Aucune preuve”: l’OMS a mis en garde samedi contre ces “passeports immunitaires” sur le nouveau coronavirus, envisagés à l’heure du déconfinement des populations et à l’origine d’un vif débat dans plusieurs pays.

Vaincre cette pandémie, qui contraint la moitié de l’humanité au confinement et expose la planète à une récession sans précédent, exige “l’effort de santé publique le plus massif de l’histoire”, a martelé le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

L’OMS a douché samedi les espoirs de ceux qui misaient sur une éventuelle immunité des personnes ayant été confrontées au coronavirus, au moment où certains pays mettent en place des programmes de tests sérologiques en vue du déconfinement.

“Il n’y a actuellement aucune preuve que les personnes qui se sont remises du Covid-19 et qui ont des anticorps soient prémunies contre une seconde infection”, a prévenu l’Organisation mondiale de la santé.

Et une calamité en cache une autre: en raison de problèmes de distribution de moustiquaires et de médicaments à cause du coronavirus, près de 400.000 personnes supplémentaires pourraient mourir du paludisme cette année, selon cette organisation.

Déjà au Zimbabwe, le nombre de cas a bondi de près de 50% par rapport à l’an dernier. “Il est probable que des patients atteints du paludisme restent chez eux au lieu d’aller se faire soigner” à l’hôpital de crainte de contracter le coronavirus, estime Norman Matara, de l’Association zimbabwéenne des médecins pour les droits humains (ZADHR).

Le bilan des morts du paludisme en Afrique sub-saharienne pourrait approcher les 770.000 cette année, soit “deux fois plus qu’en 2018”, a relevé l’OMS, alors qu’a lieu samedi la Journée internationale de lutte contre cette maladie, qui contrairement au Covid frappe particulièrement les enfants.

Dans un monde aux abois, le président américain, dont le pays est le plus touché avec quelque 50.000 morts, a semé la consternation en suggérant de faire absorber du “désinfectant” aux malades. Des propos qui ont suscité un tollé, obligeant scientifiques, fabricants et autorités à monter au créneau.

Donald Trump a finalement assuré vendredi s’être exprimé de façon “sarcastique”.

Face à l’urgence sanitaire, l’ONU et l’OMS ont présenté vendredi une initiative “historique” pour la production de remèdes contre le coronavirus.

La course est déjà engagée entre laboratoires pour trouver le produit adéquat avec une demi-douzaine d’essais cliniques, notamment au Royaume-Uni et en Allemagne. Mais l’enjeu est d’obtenir un vaccin et un traitement “abordables, sûrs, efficaces” et disponibles “pour tous, partout”, a souligné Antonio Guterres.

Cette initiative implique plusieurs pays d’Europe, le continent le plus endeuillé avec plus de 120.000 décès, sur plus de 197.000 au total dans le monde. Mais ni la Chine, d’où est partie la pandémie fin 2019, ni les Etats-Unis ne se sont associés à sa présentation.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite