Coronavirus/Afrique insultée sur LCI: Martin Hirsch se dit “choqué”, le Pr Jean-Paul Mira obligé de s’excuser

Après le grands tollé provoqué par les propos racistes et abjects du chef de service de réanimation de l’hôpital Cochin, le Pr Jean-Paul Mira, sur LCI le 1er avril 2020 proposant dans des termes dégradants de faire des Africains les “rats de laboratoires” d’un vaccin de BCG  pour tester son efficacité contre le coronavirus, le directoire de l’AP-HP se dit “choqué” par les propos tenus par le  Pr Jean-Paul Mira.

“Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, a appelé le Pr Mira qui s’est excusé et a exprimé de profonds regrets. Il reconnaît que ses propos, pour le moins maladroits et pouvant se prêter à des interprétations péjoratives vis-à-vis des pays d’Afrique, peuvent être blessants. Telle n’était ni son intention, ni le fond de sa pensée”, souligne ainsi le communiqué ou la “mise au point” d’Assistance-publique-Hôpitaux de Paris que Atlasinfo a pu consulter sur le site de cet établissement public.

Dans son communiqué, AP-HP rend public les excuses de son médecin: “Je veux présenter toutes mes excuses, demander à celles et à ceux qui ont été heurtés, choqués, qui se sont sentis insultés par des propos que j’ai maladroitement prononcés sur LCI cette semaine, leur présenter mes excuses les plus sincères, parce que ces propos ne reflètent en rien ce que je suis, ce que je fais au quotidien, depuis maintenant 30 ans ».

“L’AP-HP avec Université de Paris prennent acte de ces regrets et condamnent toute prise de position qui, à tort ou à raison, pourrait être interprétée comme péjorative vis-à-vis de pays africains et s’engagent à l’inverse à continuer à participer aux initiatives les plus utiles pour les soutenir d’un point de vue scientifique et médical”, souligne encore le communiqué.

AP-HP se dit “toute entière engagée dans la recherche pour améliorer la prévention et mettre au point des thérapeutiques contre le Covid-19”, ajoutant que son “souhait le plus ardent est que les travaux menés puissent avoir une utilité au plan national comme international et notamment aider les pays qui auraient le plus de difficultés. C’est dans cet esprit que ces travaux sont conduits.”

Est-ce suffisant ? Et qu’en est-il du directeur de recherche à l’INSERM (organisme français de la santé et de la recherche médicale), le Pr Camille Locht et du LCI ?

Un collectif d’avocats africains à Paris vont déposer saisir le CSA, alors qu’un autre collectif d’avocats marocains à Casablanca (Le Clib des avocats à Casablanca) veulent déposer plainte pour propos racistes et haineux .

Rappel des faits

Sur la chaîne d’information LCI, le chef de service de réanimation de l’hôpital Cochin, Pr Jean-Paul Mira, interroge tranquillement le directeur de recherche à l’INSERM (organisme français de la santé et de la recherche médicale), le Pr Camille Locht, sur la possibilité d’utiliser les Africains comme des cobayes afin de tester l’efficacité du vaccin contre la tuberculose BCG pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

“Si je peux être provocateur, est-ce qu’on ne devrait pas faire cette étude en Afrique où il n’y pas de traitement, pas de masques, pas de réanimation. un peu comme c’était fait d’ailleurs pour certaines études sur le sida où on essaie des choses sur les prostituées car on sait qu’elles ne se protègent pas (…)”, interroge d’un air détaché le Dr Jean-Paul Mira.

A quoi  répond le Pr Camille Locht tout aussi tranquillement: “Oui vous avez raison”, avant d’ajouter: “D’ailleurs on est en train de réfléchir à une étude en Afrique pour le vaccin BCG pour faire ce même type d’approche (…)”.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite