Charles Saint-Prot: L’Algérie “doit présenter des excuses” au Maroc

Le directeur de l’Observatoire d’études géopolitiques (OEG) de Paris, Charles Saint-Prot, a estimé que l’Algérie doit présenter des « excuses » après les tirs de l’armée algérienne à la frontière algéro-marocaine.

"L’Algérie doit, le cas échéant, présenter des excuses au Maroc comme l’exigent les règles de bon voisinage et le droit international", a déclaré l’expert français à l’agence MAP, indiquant que le régime algérien « doit également mettre un terme à son harcèlement anti-marocain qui est d’autant plus déplorable que la situation internationale et la géopolitique locale exigent que les Etats coopèrent en toute franchise pour lutter contre les extrémismes et garantir la stabilité régionale".

Selon le Pr Saint-Prot, cet incident met en relief "l’état de tension entretenu artificiellement" par Alger contre le Maroc.

"Il serait préjudiciable à la stabilité régionale et aux intérêts des peuples que des tendances au sein du régime algérien fassent montre d’irresponsabilité en choisissant la fuite en avant de la rhétorique anti-marocaine pour masquer les querelles de la succession du président Bouteflika", a-t-il insisté.

Le directeur de l’OEG estime, en outre, que les "incessantes surenchères anti-marocaines ne peuvent qu’avoir des effets négatifs auprès de certains esprits instables et conduire à ce genre d’incidents".

Et de relever que cette affaire vient s’ajouter à des" provocations d’Alger perturbant les relations entre les deux pays, à commencer par les manœuvres algériennes visant à entretenir une agitation séparatiste artificielle au Sahara marocain".

L’armée algérienne avait tiré samedi dernier trois balles sur une dizaine de citoyens civils marocains au niveau du tracé frontalier du douar Oulad Saleh (30 km au Nord-Est d’Oujda), blessant grièvement l’un d’eux.

Le gouvernement a exprimé sa "vive indignation" et sa "très grande inquiétude" suite à cet incident grave et dénoncé "un acte irresponsable qui s’ajoute à d’autres agissements provocateurs constatés dernièrement au niveau des frontières".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite