C’est à Tanger où l’on fabrique le plus de “Vache qui rit”

Alors que “La vache qui rit fête” ses 100 ans en ce mois d’avril, on apprend que c’est à Tanger au Maroc où l’on fabrique le plus ce fromage français en portions triangulaires.

C’est bien dans le Jura, il y a cent ans, le 16 avril 1921, que Léon Bel déposait le nom de “La Vache qui rit“, le célèbre fromage français en petites portions, rappelle jeudi le journal “Le Parisien”.

Indiquant que Lons-le-Saunier est le principal site pour la France et exporte en Europe, le journal précise toutefois que “ce n’est pourtant pas ici que l’on fabrique le plus de Vache qui rit mais… à Tanger au Maroc“.

“Le Maghreb étant définitivement le secteur le plus “addict” à la petite portion”, souligne “Le Parisien”. “C’est à tel point que, là-bas, tout le monde pense que c’est un produit marocain et pas français !”, explique Youssouf Belhami, enseignant d’origine marocaine à Besançon (Doubs), cité par le journal.

“Ce phénomène d’appropriation court dans les 120 pays où la Vache qui rit est consommée autour des 12 usines qui lui sont consacrées, à raison de 20 millions de parts produites par jour au rythme de 121 chaque seconde !”, note “Le Parisien”.

Pour cause de Covid, les diverses fêtes et événements prévus pour fêter les 100 de “La Vache qui rit” ont été en bonne partie annulés.

A la Maison de “La Vache qui rit“, créée, il y a douze ans, à Lons-le-Saunier, sur le site même où a été produite la première part, l’exposition du centenaire est déjà installée et attend l’ouverture espérée.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite