Au Danemark, l’extrême-droite veut republier les caricatures

Un parti d’extrême-droite danois a annoncé lancer une campagne pour republier dans la presse des caricatures représentant le prophète Mohamed qu’un enseignant français avaient montrées en classe quelques jours avant son assassinat.

“Le meurtre de Samuel Paty est à l’origine de la campagne par laquelle nous voulons soutenir sa famille et le combat pour la liberté d’expression”, a affirmé vendredi à l’AFP Pernille Vermund, présidente du parti anti-immigration Nye Borgerlige (Nouvelle Droite), qui occupe quatre sièges sur les 179 du Parlement danois.

Sur son site internet, la formation politique a lancé une cagnotte pour “publier des publicités avec les dessins de Charlie Hebdo dans les journaux danois”.

Dans les médias danois, où les caricatures n’ont pas été récemment republiées, la campagne suscitait un enthousiasme très mitigé.

“A @EkstraBladet nous prendrons position sur la publicité de @NyeBorgerlige quand nous l’aurons vu. Pas avant”, a indiqué sur Twitter le rédacteur-en-chef de ce tabloïd, Poul Madsen.

“Nous condamnons le terrorisme musulman et soutenons la France à 100%, les personnes tués et la liberté d’expression, mais toujours dans le respect de nos salariés”, a-t-il ajouté.

“Je ne suis pas du tout certaine que cela va être publié mais comme femme politique j’ai l’obligation de m’engager pour que les développements dans la société soient en faveur de plus de liberté d’expression, pas moins”, a déclaré la députée.

La première publication de ces caricatures il y a 15 ans par le quotidien danois Jyllands Posten avait provoqué la colère de nombreux musulmans dans le monde et de violentes manifestations anti-danoises, l’islam dans son interprétation stricte interdisant toute représentation de Mahomet.

L’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo, comme d’autres journaux européens, les avaient ensuite publiées en 2006 pour défendre la liberté de la presse. En 2015, le journal avait été la cible d’un attentat jihadiste qui avait fait 12 morts dont des journalistes et caricaturistes du journal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite