Ankara convoque le chargé d’affaires néerlandais après le vote sur le génocide arménien

Ankara a convoqué vendredi le chargé d’affaires hollandais en Turquie et lui a fait part de sa “condamnation” au lendemain d’un vote par le parlement néerlandais d’une motion appelant à la reconnaissance du génocide des Arméniens il y a un siècle, selon un responsable turc.

Les autorités turques ont fait part au diplomate néerlandais de leur réaction et "condamné" ce vote, a affirmé à l’AFP un responsable du ministère turc des Affaires étrangères.

La chambre basse du Parlement néerlandais a massivement approuvé jeudi par 142 voix contre trois une motion proposant "que le Parlement parle en termes clairs du génocide arménien". Elle a également approuvé l’envoi d’un représentant du gouvernement à Erevan le 24 avril pour la commémoration des massacres perpétrés entre 1915 et 1917 sous l’Empire ottoman.

Mais la Turquie refuse catégoriquement l’utilisation du terme de "génocide", évoquant des massacres réciproques sur fond de guerre civile et de famine ayant fait des centaines de milliers de morts dans les deux camps.

"Nous condamnons la décision prise par le Parlement, pour nous elle est nulle et non avenue", a déclaré à la presse vendredi le ministre turc des Affaires européennes, Ömer Celik.

Il a néanmoins "noté" que l’exécutif néerlandais a pris ses distances avec la motion parlementaire. "C’est important", a-t-il souligné.

Signe de l’irritation provoquée par le vote des députés néerlandais, Ankara a renvoyé jeudi soir les Pays-Bas au massacre de Srebrenica en 1995 en Bosnie, où l’Etat néerlandais a été reconnu partiellement coupable du décès de 350 musulmans.

"Les décisions infondées prises par le Parlement d’un pays qui a fermé les yeux sur le génocide de Srebrenica (…) n’ont aucune place dans l’Histoire", a ainsi grincé jeudi soir le ministère turc des Affaires étrangères.

Avec afp

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite