Angela Merkel: la résolution de la crise financière est un processus “qui prendra des années”

Il faudra des années pour endiguer la crise financière, a prévenu vendredi la chancelière allemande, redisant son opposition à une modification des statuts de la Banque centrale européenne (BCE).

A une semaine du sommet européen de Bruxelles, Mme Merkel et le président français Nicolas Sarkozy militent pour un nouveau traité européen refondant l’organisation de l’Europe.

La chancelière a insisté devant les députés allemands sur le fait que les 17 membres de la zone euro devaient prendre des mesures pour rétablir la confiance des marchés. Elle a notamment estimé que les règles financières de la zone euro étaient trop fréquemment violées.

La résolution de la crise de la dette souveraine est un processus "qui prendra des années", a ajouté Mme Merkel, redisant son opposition aux euro-obligations. Les discussions autour de cette hypothèse ne "contribuent pas à la résolution de la crise".

Elle a revanche plaidé pour une nouvelle "union de la stabilité" avec des contrôles plus stricts. Son objectif, avec Nicolas Sarkozy, est de modifier les traités européens pour éviter une division entre membres et non-membres de la zone euro.

Jeudi soir, lors d’un discours à Toulon, le président français s’est lancé dans un plaidoyer pour une "refondation de l’Europe", annonçant qu’il recevrait lundi Angela Merkel à l’Elysée. "Ensemble, nous ferons des propositions pour garantir l’avenir de l’Europe", a-t-il promis, rappelant que "la France milite avec l’Allemagne pour un nouveau traité européen refondant et repensant l’organisation de l’Europe".

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite