Alger annonce le retour de Tebboune, aucune date précisée

 La présidence algérienne a annoncé lundi soir le retour dans son pays du président Abdelmadjid Tebboune  “dans les prochains jours” après avoir été hospitalisé en Allemagne depuis un mois pour y être soigné d’iune forme gravde du Covid-19. Aucune date n’est précisée.

“Sur recommandation de l’équipe médicale, le président Abdelmadjid Tebboune poursuit ce qui reste de la période de convalescence après avoir quitté l’hôpital spécialisé en Allemagne”, a indiqué un bref communiqué de la présidence, sans autre détail.

Âgé de 75 ans, M. Tebboune avait été admis le 28 octobre dans “l’un des plus grands établissements spécialisés” d’Allemagne”.

Avant son transfert outre-Rhin, il s’était mis “volontairement à l’isolement” dès le 24 octobre – date de son dernier tweet – après avoir été en contact avec des hauts responsables de la présidence et du gouvernement contaminés, puis admis “dans une unité de soins spécialisés de l’hôpital militaire de Ain Naâdja à Alger.

Il s’agit du premier bulletin de santé diffusé par la présidence algérienne depuis le 15 novembre.

L’imprécision et la rareté des informations médicales depuis des semaines, et le séjour prolongé de Tebboune en Allemagne, ont nourri rumeurs et spéculations en Algérie, au moment où il subit de plein fouet une recrudescence de la pandémie.

Tebboune/Bouteflika

D’autant que les questions demeurent en l’absence de tout détail précis sur sa guérison et la durée de sa convalescence.

Le président Tebboune est censé promulguer prochainement la nouvelle Constitution après le référendum du 1er novembre et ratifier la loi de Finances 2021.

Cette communication parcellaire et le manque d’images du président ont réveillé le spectre de la carence du pouvoir lors des hospitalisations à l’étranger d’Abdelaziz Bouteflika après son grave accident vasculaire cérébral en 2013.

A la suite de cet épisode, c’est son frère Saïd qui avait dirigé le pays et tenté avec le clan présidentiel d’imposer un 5e mandat de M. Bouteflika, poussant les Algériens à descendre massivement dans la rue en février 2019. M. Bouteflika démissionnera le 2 avril 2019 sous la double pression de l’armée et du soulèvement populaire, inédit et pacifique, du Hirak.

L’incertitude politique — à laquelle le retour de M. Tebboune ne met pas nécessairement fin — a poussé certaines voix à réclamer l’application de l’Article 102 de la Loi fondamentale, relatif à la vacance du pouvoir, afin d’éviter une crise constitutionnelle.

En cas d’empêchement prolongé du chef de l’Etat, le président par intérim du Sénat, Salah Goudjil, un ancien combattant de la guerre d’indépendance âgé de 89 ans, assurerait l’intérim en attendant l’élection d’un nouveau président.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite