Affaire des prostituées de Lille : DSK demande à “être entendu”

Affaire des prostituées de Lille : DSK demande à
Dominique Strauss-Kahn, dont "le nom est mentionné au détour d’une affaire instruite depuis plusieurs mois à Lille", a demandé qu’il "soit mis un terme aux insinuations et extrapolations hasardeuses et encore une fois malveillantes".

A l’origine, une enquête ouverte en février 2011 par la Direction interrégionale de la police judiciaire de Lille “à la suite de renseignements desquels il ressortait qu’une personne travaillant dans deux hôtels de Lille proposait les services de prostituées parfois au sein de ces hôtels.”

Une information judiciaire contre X a ensuite été ouverte par le parquet de Lille pour des faits de proxénétisme aggravé en bande organisée, association de malfaiteurs et blanchiment.

La semaine dernière le directeur manager du Carlton et son chargé de relations publiques ont été interpellés, placés en garde à vue et mis en examen. Ainsi que le chargé des relations publiques du Carlton, un entrepreneur du BTP et l’avocat lillois Emmanuel Riglaire.

Le fait que les noms de fonctionnaires de police, ou ceux de personnalités politique commencent à circuler pourraient entrainer le désaisissement des juges lillois. Un éventuel désaisissement critiqué par l’avocat du directeur-manager de l’hôtel, Me Frank Berton : “Il est évident qu’il s’agit d’une pression qui est organisée par ceux qui, à mon avis, dans les jours à venir, auraient (…) à s’expliquer sur leurs liens dans ce dossier”.

Au moins quatre ou cinq policiers lillois seraient concernés, parmi lesquels deux retraités, un ou deux officiers de police et un commissaire en activité.

Cette affaire a déjà des conséquences sociales pour les 110 salariés des trois hôtels, le Carlton, l’Alizé Opéra et l’Hôtel des Tours, qui font l’objet d’une fermeture administrative de trois mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite