Mali: démission du président et du premier ministre de transition (Conseiller du Colonel Goïta)

Le président et le premier ministre de transition au Mali ont démissionné après leur arrestation lundi par les militaires, selon un conseiller du vice-président de la transition, le colonel Assimi Goïta.

Le président Bah Ndaw et son Premier ministre Moctar Ouane “ont démissionné devant l’arbitre”, en référence à la mission de médiation internationale, a dit Baba Cissé, conseiller spécial du colonel Assimi Goïta.

“Les négociations sont en cours pour leur libération et la formation d’un nouveau gouvernement”, a-t-il ajouté.

L’information a été confirmée à un média par un membre de la délégation internationale qui s’est rendue mercredi matin au camp militaire de Kati, à une quinzaine de kilomètres de Bamako, pour rencontrer les deux dirigeants démissionnaires.

Le colonel Assimi Goïta a annoncé mardi avoir déchargé de leurs prérogatives le président et le Premier ministre de transition arrêtés la veille par les militaires, en les accusant de tentative de “sabotage” de la transition.

Dans une déclaration lue à la télévision publique, Assimi Goïta a souligné que “le processus de transition suivra son cours normal et que les élections prévues se tiendront courant 2022”.

Il a reproché au président Bah Ndaw et au Premier ministre Moctar Ouane d’avoir formé un nouveau gouvernement sans se concerter au préalable avec lui, bien qu’il soit en charge de la défense et de la sécurité, domaine cruciaux dans le pays en pleine tourmente.

“Une telle démarche témoigne d’une volonté manifeste du président de la transition et du Premier ministre d’aller vers une violation de la charte de transition (…), d’où une intention avérée de sabotage de la transition”, a-t-il dit.

Bah Ndaw et Moctar Ouane ont été emmenés, lundi, de force au camp militaire de Kati, quelques heures seulement après l’annonce d’un nouveau gouvernement, qui a remplacé l’ancien cabinet dont la démission a été présentée, le 14 mai par Moctar Ouane.

M. Ouane avait été immédiatement reconduit dans ses fonctions par le président Bah Ndaw et chargé de former un gouvernement “de large ouverture”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite