Prof décapité: BarakaCity et le CCIF prochainement dissous ?

Selon Gérald Darmanin, 51 associations proches de la mouvance radicale sont dans le collimateur des autorités, dont le CCIF et BarakaCity.

Le ministre de l’Intérieur, chargé des cultes, a annoncé lundi que plusieurs associations  seraient dissoutes en Conseil des ministres, citant le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) et l’association humanitaire BarakaCity.

Gérald Darmanin a estimé que le CCIF  était “manifestement impliquée” dans le drame car “dans la vidéo, le père y fait très clairement référence”.

Depuis l’attentat, “plus de 80 enquêtes” ont aussi été ouvertes contre “tous ceux qui de façon apologique ont expliqué d’une manière ou d’une autre que ce professeur l’avait bien cherché”, a dit M. Darmanin, affirmant que des interpellations avaient eu lieu dans ce cadre.

La folie s’empare du ministre de l’Intérieur qui faute de ne rien trouver contre notre ONG profite de l’émotion suscitée” par le drame, a répliqué BarakaCity sur Facebook.

Marwan Muhamad, ancien directeur du CCIF a également répondu à Gérald Darmanin:  “Le CCIF n’a pas la moindre implication, que ce soit dans l’incitation à la violence contre Samuel Paty, dans la diffusion de la vidéo. L’auteur de la vidéo a saisi le CCIF et la personne au standard lui a conseillé de la retirer.”

Cibler des personnes non seulement est problématique, contre-productif et peut aboutir à des situations dramatiques.’, a-t-il ajouté.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite